Os Antécédents En Inspection De La Sécurité Des Installations Électriques

Au Service Des Canadiens Depuis Un Siècle

L’OSIE (l’Office de la sécurité des installations électriques) et ses premiers pionniers – Hydro Ontario et, avant elle, l’Hydro-Electric Power Commission of Ontario – ont joué un rôle important dans la sécurité des appareillages électriques pour la population de l’Ontario et du Canada. Durant près d’un siècle, nous avons été un chef de file dans l’évolution de l’homologation des appareillages et installations électriques, en aidant à créer l’environnement sans danger dont les gens bénéficient aujourd’hui.

Dans les années 1890, les génératrices à vapeur permettaient à la plupart des villages ontariens de 3 000 habitants ou plus de se doter de réverbères électriques. C’est seulement un an ou deux plus tard, après la création de la Toronto Incandescent Electric Light Company, que la sécurité des installations électriques devint une préoccupation au Canada. L’Association canadienne des assureurs (ACA) fut la première à effectuer des inspections de la sécurité électrique. L’ACA s’inquiétait des très lourdes responsabilités financières que les incendies de bâtiments risquaient d’occasionner à ses membres. En 1892, l’ACA nomma un inspecteur pour s’assurer que tous les appareillages électriques étaient installés conformément aux exigences de l’Association

La commodité de l’énergie électrique suscita un engouement généralisé, tout particulièrement dans la ville de Toronto. De nombreux entrepreneurs et constructeurs proposaient de répondre à la demande en fabriquant des appareillages médiocres – souvent bidon – et nettement dangereux. En réaction à ces problèmes croissants, d’importantes modifications furent apportées à la Power Commission Act en 1912 et 1914 en vue d’assurer la sécurité des équipements électriques. En 1915 fut créée en Ontario l’Hydro-Electric Power Commission, précurseur de l’ESAFE.

En 1918, l’Hydro-Electric Power Commission (HEPC) mis sur pied un laboratoire d’approbation chargé de tester les appareillages électriques pour déterminer leur conformité à des lignes directrices précises et rigoureuses. Ce laboratoire amena l’adoption de règlements visant l’essai et l’approbation des matériaux, dispositifs et raccords électriques. Les premiers sceaux qu’il apposa étaient en bronze massif. Les produits jugés conformes aux lignes directrices portaient la mention “HEPC Approved” et, plus tard, “Hydro Approved”. Dans son ensemble, l’industrie électrique au Canada adopta cette façon de faire. L’objectif était de mettre en place des normes de fabrication et d’essai des appareillages électriques pour éviter les risques de blessure ou d’incendie. Ce processus d’approbation fut jugé si important que dès 1924, l’HEPC fut habilitée à interdire la vente des équipements électriques jugés non sécuritaires pour le public.

L’HEPC en vint bientôt à tester des produits pour l’ensemble du Canada. Lorsque d’autres provinces sollicitèrent d’utiliser la désignation “HEPC Approved” et se mirent à inscrire ce genre d’approbation dans leurs lois, il devint vite évident qu’on avait besoin d’un organisme d’essai national. L’HEPC créa donc, en 1940, le Laboratoire d’essai de l’Association canadienne de normalisation. Ainsi naissait la certification ACNOR comme processus piloté par un groupe autonome et financièrement indépendant. L’HEPC continua sa fonction d’approbation des appareillages électriques spécialisés ou en petits lots qui ne pouvaient pas être soumis au processus de certification : c’est ce que nous appelons aujourd’hui les “évaluations sur le terrain”. Au fil des ans, l’HEPC est devenue Hydro Ontario, puis le groupe d’inspection des produits géré par Hydro Ontario, donna naissance à l’OSIE. Alors qu’aujourd’hui, en Amérique du Nord, la majorité des appareillages électriques sont certifiés par des organismes comme l’ACNOR, l’évaluation sur le terrain par ESAFE demeure la méthode d’homologation la plus efficace et économique pour les appareillages électriques spécialisés ou en petits lots.

L’OSIE est fière de perpétuer, par ESAFE, sa tradition d’excellence en évaluations sur le terrain.